À PROPOS DE NOUS

Nous sommes un organisme à but non lucratif désigné par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) pour planifier la gestion intégrée de l'eau du bassin versant de la rivière Maskinongé. 

SUIVEZ-NOUS

  • Page Facebook AGIR Maskinongé
  • Instagram
  • Icône sociale YouTube
  • Twitter page

CONTACT

48 rue Beausoleil, Ville Saint-Gabriel          (QC) J0K 2N0, Canada

450-752-4868

450-752-9293 (Fax)

info@agirmaskinonge.com

 

Lundi au vendredi 9h00-16h00

LIENS UTILES

Le plan directeur de l'eau

Section réservée aux comités aviseurs

Le bulletin de liaison

La boutique en ligne

Les publications 

Les ressources techniques

© 2020 Tous droits réservés | Association de la gestion intégrée de la rivière Maskinongé

Productions Guy Charpentier

Protéger l'habitat de la tortue des bois, d'une part en informant les propriétaires des caractéristiques de leur terrain et des moyens à mettre en oeuvre pour conserver ou restaurer l'habitat de la tortue des bois et d'autre part en leur faisant signer une entente de conservation volontaire. 

La tortue des bois est une espèce vulnérable au Québec. Il s'agit de l'espèce la plus terrestre parmi les tortues du Québec, elle a donc besoin à la fois de milieux boisés et de cours d'eau aux rives sablonneuses ou graveleuses pour vivre. Le développement résidentiel, les routes, les carrières de sable sont autant de facteurs qui menacent son habitat.

À travers ce projet, AGIR Maskinongé souhaite amener les propriétaires riverains de la rivière Mastigouche ou ceux qui ont un terrain dans son habitat et qui font partie des secteurs priorisés du projet (voir carte ci-dessous) à mieux la connaître et la protéger.

Pour en savoir davantage sur la tortue de bois, voyez

Je la vois, je signale sa présence!,

Comment la reconnaître?,

Où vit-elle?,

Pourquoi est-elle menacée?

Comment la protéger?.

  • Municipalité de Mandeville

2016-2018

Ce projet a été réalisé grâce à la participation financière de 

  • Environnement et Changement climatique Canada

  • La Fondation de la faune du Québec

  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec

Protection de la tortue de bois de la rivière Mastigouche

 

Pour mieux la protéger, il faut identifier les endroits où elle vit. Pour cela, votre aide nous est précieuse :

 

Premièrement, prenez, si possible, une photo de la tortue en la manipulant le moins possible et en la remettant au même endroit.

 

Deuxièmement, repérez précisément le lieu où vous l'avez vue.

 

Troisièmement, signalez sa présence auprès d'un des organismes suivants :

  • Projet Carapace - Signaler une tortue au Québec!

      

  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

  • Atlas des amphibiens et des reptiles du Québec

 

Vous pouvez aussi Nous contacter.

Sa carapace est grisâtre ou brunâtre.  Elle mesure de 18 à 24 cm à l'âge adulte.

 

Sa tête est noire et son cou et le dessous de ses pattes sont orangés.

Son plastron (dessous de la carapace) est jaune ou orangé avec des taches noires.

 
 

Elle vit en forêt surtout dans les aulnaies, en bordure des cours d’eau claire et plutôt calme à fond sablonneux ou pierreux.

Au printemps, elle recherche les endroits ensoleillés, donc dégagés. Les femelles creusent un nid dans les berges de sable ou de gravier. Elles y pondent ensuite leurs œufs.

 

En été, la tortue des bois vit dans la forêt qui borde le cours d’eau où elle s’abrite du soleil. Pour tempérer sa température corporelle, elle va dans l'eau et peut même s’enfouir dans le sol.

 

Au mois de septembre, les œufs éclosent et les jeunes retournent à la rivière. L’automne est aussi la période d’accouplement.

 

À la fin de l’automne, la tortue des bois s’enterre au fond du cours d’eau pour hiberner. Il est important que l’eau soit bien oxygénée, car pendant cette période, la tortue ne respire que par la peau.

La tortue des bois est omnivore. Autrement dit, elle se nourrit de vers, de petits escargots, de poissons morts, de petits fruits, de plantes et de champignons.

 

La perte d'habitats est la première menace pour la survie de la tortue des bois. Le déboisement des berges par les riverains des cours d'eau ou les agriculteurs en est une cause majeure. La tortue des bois peut se déplacer jusqu'à 300 mètres de la rive. Elle a donc besoin de zones boisées de superficie suffisante pour vivre.

 

La destruction et la prédation des oeufs et des jeunes est également une source de mortalité importante. Le travail du sol trop près de la berge et les animaux domestiques sont autant de menaces générées par l'homme. Effectivement, les machines agricoles et les tondeuses à gazon peuvent blesser ou tuer les tortues.

 

Comme la tortue hiberne dans l'eau et que la rivière est le premier lieu de vie des jeunes, la pollution de l'eau affecte directement la survie des tortues.

 
  • Ne pas détruire ou dégrader les rives des cours d'eau qu'elle fréquente. Conserver les rives boisées et les aulnaies.

 

  • Limiter l'usage de machinerie dans les lieux qu'elle fréquente.

 

  • Surveiller les animaux domestiques, en évitant, notamment, la destruction des sites de ponte.

  • Laisser la tortue dans son milieu naturel : la garde en captivité est interdite par la loi.

La tortue des bois est lente, mais elle se déplace beaucoup !

La zone à protéger est une bande de rivages de 200 mètres de largeur et de 3 kilomètres de long à partir du lieu d'observation de la tortue.

 

Vous voulez en faire plus? Contactez-nous!

logo_rond_TDB2.jpg
Protection03.png