À PROPOS DE NOUS

Nous sommes un organisme à but non lucratif désigné par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) pour planifier la gestion intégrée de l'eau du bassin versant de la rivière Maskinongé. 

SUIVEZ-NOUS

  • Page Facebook AGIR Maskinongé
  • Instagram
  • Icône sociale YouTube
  • Twitter page

CONTACT

48 rue Beausoleil, Ville Saint-Gabriel          (QC) J0K 2N0, Canada

450-752-4868

450-752-9293 (Fax)

info@agirmaskinonge.com

 

Lundi au vendredi 9h00-16h00

LIENS UTILES

Le plan directeur de l'eau

Section réservée aux comités aviseurs

Le bulletin de liaison

La boutique en ligne

Les publications 

Les ressources techniques

© 2020 Tous droits réservés | Association de la gestion intégrée de la rivière Maskinongé

Eaux de ruissellement : étude typologique et solutions de gestion

Étudier le trajet des eaux de ruissellement et les structures actuelles qui permettent leur prise en charge et analyser la teneur en polluants de ces eaux.

Le projet initié par AGIR Maskinongé cible trois lacs du bassin versant : le lac Maskinongé, le lac Matambin et le lac Mandeville. Les eaux de pluie et de fonte des neiges ruissellent sur le sol en entraînant divers polluants :

 

  • des sédiments : sable, terre, poussière;

  • des nutriments : matière organique, azote, phosphore;

  • des métaux qui proviennent de l’usure des véhicules;

  • des bactéries (coliformes des déjections animales, par exemple);

  • des hydrocarbures (essence et perte de liquides des véhicules);

  • du sel, utilisé pour le traitement des routes;

  • des pesticides, utilisés dans les jardins et les champs.

 

Habituellement, les eaux de pluie retournent au milieu naturel sans traitement ce qui occasionne des pollutions dans les lacs et les cours d’eau. Dans les villes, une partie des eaux pluviales rejoint le réseau d’égout sanitaire, occasionnant des surverses et donc des rejets d’eaux usées dans la nature.

 

La conception même du traitement des eaux pluviales est en train de changer. Au lieu de canaliser les eaux dans des conduites de plus en plus grosses jusqu’au cours d’eau, il est préconisé d’infiltrer le plus possible l’eau dès son arrivée sur le sol pour éviter qu’elle se charge en pollution et qu’elle vienne augmenter les débits dans les conduites ou les petits cours d’eau. En faisant cela, on restaure un mode de fonctionnement plus naturel, celui qui prédomine en forêt, où la majeure partie de l’eau est absorbée par le sol et les racines des arbres.

  • CRE Lanaudière

  • MRC de D'Autray

  • MRC de Matawinie

  • Municipalité de Mandeville

  • Municipalité de Saint-Damien

  • Ville de Saint-Gabriel

2012-2013​

Ce projet a été réalisé grâce à la participation financière de 

  • La Conférence régionale des élus(es) Lanaudière

  • La municipalité de Ville Saint-Gabriel

  • La municipalité de Saint-Damien

  • La municipalité de Mandeville

Apprenez-en davantage sur cette réalisation

en consultant les documents suivants