20210831_114251.jpg

Restauration écologique de la rivière du Bois-Blanc

Objectif

Initier le rétablissement de la qualité des habitats aquatiques et riverains et diminuer la quantité de sédiments qui se décroche des berges de la rivière du Bois-Blanc afin d’amoindrir la charge sédimentaire au fleuve Saint-Laurent.

Résumé

De 2017 à 2022, AGIR Maskinongé a coordonné un projet collectif en agroenvironnement dans le bassin versant de la rivière du Bois-Blanc. L’objectif de ce dernier était de réduire la pollution diffuse et l’érosion d’origine agricole par l’adoption de pratiques agroenvironnementales par les entreprises agricoles dans le bassin versant de la rivière du Bois-Blanc. Au fil des discussions avec les entreprises agricoles du territoire, la rivière du Bois-Blanc ressortait à plusieurs reprises comme étant problématique. Les entreprises agricoles ont mentionné des décrochements de berges à de nombreux endroits. Ils souhaitent être partie prenante pour trouver des solutions afin de limiter les processus d’érosion de la rivière.

Le projet de restauration écologique de la rivière du Bois-Blanc consiste à l’élaboration de plans de restauration et d’acquisition de connaissances dans le but de réaliser, dans un deuxième temps, des interventions sur la rivière. AGIR Maskinongé, en collaboration avec différents partenaires, a réalisé une étude de faisabilité visant à restaurer le littoral et les rives d’un tronçon de 3,5 km de la rivière du Bois-Blanc à Maskinongé. En 2021, une caractérisation complète de la zone d’étude a été effectuée (acquisition des données existantes, photo-interprétation et cartographie, délimitation de la limite du littoral, inventaire floristique et faunique, relevé des foyers d’érosion). En 2022, des plans de restauration comprenant différents concepts d’aménagements expérimentaux ont été proposés aux entreprises agricoles du territoire. Plusieurs interventions y sont présentées pour ralentir les processus d’érosion aux endroits ciblés en fonction du milieu : replat végétalisé et respect de la bande riveraine réglementaire, adoucissement du talus, stabilisation par lits de plants et plançons, stabilisation par boutures de saule et stabilisation par plantation en haut de talus. Cette approche intermédiaire par génie végétal permettra d’améliorer l’écosystème en plus de stabiliser les talus aux endroits ciblés. La performance des différentes interventions pourra ensuite être mesurée et ainsi inspirer les futurs projets de restauration.

La seconde phase consiste à la réalisation de travaux en vue d’atteindre les objectifs initiaux de ce projet. Pour ce faire, il faudra d’abord obtenir les demandes d’autorisation nécessaires. Les travaux devront permettre le rétablissement d’un espace fonctionnel de la rivière en diminuant l’érosion des berges tout en restant compatible avec les activités agricoles.

Partenaires

  • Entreprises agricoles

  • MRC de Maskinongé

  • RAPPEL

  • T2 Environnement

Échéancier

2021-2022

Financement

Ce projet est réalisé grâce à la participation financière de

  • Programme Affluents Maritime du Fonds d’action Saint-Laurent (FASL), coordonné par le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), ainsi qu’au soutien financier du gouvernement du Québec dans le cadre d’Avantage Saint-Laurent, la nouvelle vision maritime provinciale

  • Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre de la Fondation de la faune du Québec

ROBVQ_affluents_maritime_coul.png
Fondation de la faune du Québec.jpg
Logo FASL_bleu.png
(valide 11-2022) ROBVQ_logo_20 ans_mai021_RGB.png
quebec_trans.gif

EN IMAGES

Apprenez-en davantage sur la renaturalisation

de la rivière du Bois-Blanc

en visionnant la galerie photos suivante